De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce!

Ps 138

A propos de la catéchèse

 

Y A-T-IL UN AGE POUR LES SACREMENTS ?

 

AU FIL DU TEMPS

A chaque époque, à chaque situation différente, en fonction des dangers ou des grands moments de foi, les sacrements ont pris une place différente dans la vie des hommes et des femmes. Chez les orthodoxes, les sacrements dits de l’initiation (Baptême, Eucharistie, Confirmation) sont donnés dès le plus jeune âge et les trois en même temps. Chez les catholiques, c’est la vie de foi, le chemin de foi des croyants qui a dicté l’âge auquel les sacrements étaient conférés. Suivant les événements (guerre, famine, épidémie, temps de paix, reconnaissance de la religion,…), les croyants recevaient les sacrements plus ou moins tôt, plus ou moins tard. St Augustin a été baptisé proche de sa mort, ce qui ne l’empêche pas d’être saint ! Le sacrement des malades a longtemps été considéré comme le dernier sacrement, celui qui devait être donné juste avant le grand passage, parfois il était trop tard ; aujourd’hui, l’onction des malades est donné lors du dimanche des malades au plus grand nombre comme signe de la présence de Dieu dans l’accompagnement des malades et en vue de la guérison. Nos grands parents ont parfois été confirmés avant la communion ! Dans les années 50-60, la confirmation avait lieu chaque 5 ans et tous les enfants de 6 à 15 ans étaient confirmés ce jour-là !

 

AUJOURD’HUI

Ainsi, nous pouvons constater que le sacrement n’est pas lié à un âge, mais à la vie de foi, à la relation de l’Homme avec Dieu. Le sacrement, signe sacré de la présence de Dieu, est un signe d’accompagnement, un signe de passage vers une réalité plus grande. Le sacrement n’est pas une fin en soi, l’aboutissement d’un parcours du combattant, mais une porte ouverte sur le chemin de l’existence de l’Homme en lien avec Dieu. S’il apparaît à la fin d’un chemin, c’est parce qu’il invite à un choix nouveau, à un chemin plus grand, plus large, plus personnel. Ainsi, après le baptême, porte d’entrée dans la famille chrétienne, l’enfant, avec sa famille, son parrain et sa marraine, sa communauté, avance pas à pas vers la compréhension de la présence de Dieu par l’exemple et la vie du Christ. Il prend conscience de ce qui le rapproche de l’amour de Dieu pour les hommes et de ce qui le sépare de cet amour. Il comprend aussi l’importance de la communauté priante à laquelle il participe lors des célébrations (messe en famille, liturgie de la Parole, montée vers Pâques,…) Il grandit devant les hommes et devant Dieu en vivant avec d’autres des temps de partage, d’échange, de prière, de chant, de service aux plus pauvres,… A chaque étape, un sacrement vient marquer un nouveau chemin, un nouvel horizon, une présence de Dieu renforcée, une alliance renouvelée.

 

ET DEMAIN ?

Demain, se prépare aujourd’hui ! Après de longues années de présence dans les écoles et suivant la loi votée par le peuple valaisan, seul un enseignement religieux est donné aux enfants et aux jeunes lors de leurs études, cet enseignement n’est pas confessionnel, il ne prend pas en compte la transmission de la foi. Dès lors, chaque secteur a mis sur pied une catéchèse paroissiale correspondant à ses possibilités, à ses moyens humains et matériels. Chez nous, beaucoup de bénévoles

 

et de personnes formées en catéchèse se sont mis en route pour proposer des parcours de cheminement de la foi. Qu’ils en soient ici remerciés et je sais que le travail n’est pas terminé, qu’il faudra encore affiner, peaufiner, améliorer cette transmission de la foi, avec l’aide précieuse et nécessaire des parents et de la communauté. Le choix de notre secteur pour la mise en place de ce cheminement, s’est fait par l’équipe pastorale en fonction des forces vives à disposition, des objectifs catéchétiques et pastoraux de l’Eglise fondée sur la Parole de Dieu et la tradition apostolique. Notre devise est un passage des Actes des Apôtres : « C’est à l’amour qu’ils avaient les uns pour les autres qu’on les reconnaissait ». Nous ne désirons pas faire de chacun des théologiens en puissance, mais des vivants de l’Evangile au quotidien. Pour réaliser cet objectif, il est nécessaire de prendre le temps de la formation à la Parole de Dieu, à la vie communautaire, à la rencontre des uns et des autres, à la présence de Dieu. Tout cela ne se fait pas en un jour, mais tout au long de notre vie. La catéchèse, le chemin de foi, est une aventure qui nous mène de la naissance à la mort. Dès lors, les sacrements sont des signes de croissance de notre vie de foi. Il est nécessaire qu’ils prennent pleinement sens dans le cheminement de chacun.

 

UN CHANGEMENT COMME UNE CHANCE

Cette année voit un changement de l’âge habituel du sacrement de la confirmation dans notre secteur. C’est aussi un choix de notre évêque après plusieurs années de consultations et de réflexions. En 2011, nous fêterons pour la dernière fois la confirmation à 12 ans, puis nous fêterons les confirmands dès l’âge de 16 ans. Scandale pour certains, incompréhension pour d’autres ; prise en compte du choix du jeune pour certains, accompagnement lors de l’adolescence pour d’autres. Les arguments pour ou contre sont aussi nombreux dans un sens comme dans l’autre. Alors pourquoi changer ? A quoi ça sert tout ce ramdam ? Nous pouvons toujours regretter ce que nous connaissons parce que nous avons peur de l’inconnu, c’est un réflexe humain ; mais est-ce un réflexe divin ? Nous allons tous vers un inconnu (le Royaume de Dieu) et pourtant, grâce à notre foi et notre espérance, nous n’en avons pas peur ! Essayons donc d’avoir une même vision dans le changement qui nous est proposé pour la confirmation ! Posons-nous les bonnes questions :

 

– Après la confirmation, la grande majorité des confirmés ne poursuit pas le cheminement de foi, pourquoi ?

 

– Quel est le rôle de l’Eglise dans l’accompagnement de la vie chrétienne de tous les hommes à tous les âges ?

 

– Quel est le rôle du baptisé dans sa progression vers le Royaume et la construction de celui-ci ?

 

– Quels engagements les chrétiens ont-ils confirmés ?

 

Une des grandes remarques faite à l’Eglise est qu’elle ne se soucie pas des ados après la confirmation et très peu des adultes. C’est une réalité, dans notre secteur, depuis près de 15 ans très peu de suivi a été fait après la confirmation par l’équipe pastorale. Nous n’avons peut-être pas pris au sérieux l’engagement des jeunes, ou nous n’avions pas le temps de tout faire et les jeunes ont souffert de cet état de fait. Quelques initiatives ont toutefois étaient prises : chœurs des jeunes, groupes relais, scouts, montée vers Pâques,… Pour les adultes, le constat est encore plus négatif, puisque c’est l’initiative de chacun qui a été prise en compte.

 

Alors ? La catéchèse paroissiale nous permet de mieux répondre aux attentes spirituelles et personnelles de chacun. C’est une joie, une chance pour l’Eglise et

 

pour tous les baptisés. C’est une chance pour notre secteur, pour nos jeunes, pour nos adultes, pour nos enfants. Comment allons-nous répondre à cette chance ?

 

Pour les adultes, tout d’abord, depuis une année, plusieurs propositions de formation personnelle ont vu le jour ou ont été mieux soutenues : groupes bibliques, groupes de prières, groupes d’adoration,… et aussi dialogue et enseignement : Ca marche ou quoi ? I-Tchat (le prochain le 10 novembre !!! avec Michel Salamolard), formation à l’animation de groupes,…

 

Pour les jeunes, ensuite ! Cette année déjà, l’équipe pastorale s’investit dans des journées avec les jeunes du CO, la première a eu lieu le 23 septembre avec les premières années autour du thème de la création. Pour les 2ème année en janvier-février et pour les 3ème en avril.

 

La Montée vers Pâques s’adressera cette année aux jeunes dès la première du cycle. Pour mieux vivre le temps de l’adolescence et mieux vivre notre vie en Eglise, la commission ados du secteur, est en train de mettre en place de manière concrète des projets d’activités pour les jeunes concernés. Avec l’aide d’adultes compétents, avec l’équipe pastorale, avec tous les bénévoles qui le désirent, les jeunes s’engageront dans un projet d’au moins une année tel que :

 

– Construction d’un lieu de rencontre pour les jeunes sur les hauts de Saillon

 

– Soirées film-débat sur des sujets de la vie courante et de notre propre vie

 

– Création et réalisation d’un CD musique

 

– Création et réalisation d’une bible enluminée avec du papier « maison »

 

– Préparation de parcours et marche dans la nature comme un petit pèlerinage

 

– Création et réalisation d’un spectacle théâtral comprenant texte, musique, danse, décor, lumière…

 

Sans oublier : groupes relais, lecteurs, sacristains, servants, chœurs des jeunes, visiteurs de malades,…

 

Pour les enfants, enfin, la poursuite des parcours de catéchèse de cheminement à tous les âges, y compris pour les 4ème primaire. Et aussi les groupes d’adorateurs, de servants de messe, du MADEP, chœurs d’enfants,…

 

Il ne sera plus dit que rien n’est proposé aux jeunes, aux adultes, aux enfants dans le secteur des deux-rives !

 

CONCLUSIONS

L’Eglise est en chemin ! Vatican II parlait du peuple de Dieu ! Nous sommes tous ce peuple en marche. Il ne faut pas regretter hier, mais rêver demain ! Qui n’avance pas recule, dit un dicton populaire. Prenons une comparaison : dans une voiture, le pare-brise est grand, large, il ouvre à une grande ouverture, le rétroviseur est petit, étroit, il laisse un regard restreint sur l’arrière, nécessaire mais pas primordial ! Dans notre vie de chrétien, l’horizon est large, ouvert, il nous invite au voyage, si notre regard se fige sur le passé, nous risquons de nous faire dépasser par des plus optimistes que nous, par des témoins de l’espérance. A nous de choisir l’immobilisme ou la chance d’offrir une Eglise vivante, active et amoureuse de l’Homme et de Dieu à tous les hommes.

 

Vision d’un utopiste optimiste qui signe cet article ou vision des témoins de la foi ? A vous de faire votre choix, et comme disait un certain JC : « Celui qui a des oreilles, qu’il entende… »

 

Bruno Sartoretti

 

Responsable de la catéchèse paroissial Du secteur des deux-rives

 

Cliquez pour imprimer: Article sur les sacrements